Les parcs d'attraction

Tour de France des plus grands parcs d'attraction La suite

88240
Les Voivres
Actualité / Message

C'est d'eux dont il faut se souvenir

27 oct. 2018 Par jeannot88 Réagir
Puisqu’il n’est plus possible de commenter un article mais pour néanmoins répondre à http://lesvoivres88240.over-blog.com/-49, je veux (re)préciser qu’il y a bien 28 noms (1914 : 7 - 1915 : 6 - 1916 : 4 - 1917 : 4 - 1918 : 5 - 1919 : 2) "couchés" sur le monument aux morts de Les Voivres… ce qui ne change pas grand-chose au nombre - purement statistique - d’un mort tous les deux mois pour notre village.
Un nombre qui n’a, en effet, aucune importance au regard de l’ensemble des tués au cours de cette « ignoble boucherie ». Sauf si on se prend à imaginer tout d’abord les souffrances endurées tout au long de cette guerre qui devait être, selon Guillaume II (imité en cela par les Français), une « guerre fraiche, courte et joyeuse » et, au final, la mort de ceux qui y ont ainsi laissé leur vie, sans même que, pour la plupart, leurs corps puissent être restitués aux familles.
Familles meurtries dont on peine à réaliser, malgré témoignages, récits, photos, films, etc., la douleur atroce, les entrailles qui se tordent et le cœur qui se serre à l’annonce d’un (voire plusieurs) fils disparu dans la tourmente ou de pères, maris, fiancés, pulvérisés, déchiquetés par les obus et la mitraille. Des vies fauchées comme les blés de ces moissons rendues difficiles en ce mois d'août 1914.
Pensons aussi à ceux « fusillés pour l’exemple » - pour un bon nombre injustement suite à des simulacres de "Conseil de guerre", souvent sans parole donnée à la défense, "expédiés" par des chefs impitoyables, avides du sang de leurs propres troupes - et au choc de leurs êtres chers, d’abord révulsés de l’apprendre mais vite hantés par le besoin de les faire réhabiliter. Ce que certains réussiront.
On ne parlera pas non plus des blessés, des gazés, des amputés, des "gueules cassées", des invalides, des meurtris physiquement et psychologiquement, de toute cette chair à canon sacrifiée à l’ambition et à l’incompétence de dirigeants TANT civils que militaires.
Même si ce n’est pas aussi simple qu’il y parait, surtout en cette "Belle-Epoque" à laquelle 1914 devait tragiquement mettre un terme : « Les rapports entre le pouvoir politique et l’armée ont longtemps été régis selon des règles simples, non écrites : l’armée s’abstenait de s’immiscer dans la politique. En échange, le gouvernement ne s’ingérait pas dans la conduite des affaires militaires, sauf par le biais de l’allocation des crédits militaires. Cela était particulièrement vrai sous la IIe République. Ce pacte non écrit accordait en réalité aux militaires une grande influence sur la politique étrangère et militaire. Intimidés par l’uniforme, peu au fait des questions militaires, les dirigeants politiques, à quelques rares exceptions près, s’en remettaient volontiers aux chefs militaires pour toutes les décisions concernant la défense. » (Le pouvoir politique et l’armée par Samy Cohen), je suis donc globalement d’accord avec Bernard.
Là où je me permettrai d’ergoter sans pour autant défendre mordicus ma "corporation", c’est dans la contestation de l’omission, volontaire ou non, d’admettre que les militaires (savoir technique) sont censés obéir au gouvernement (décision politique) de leur Pays et, si responsabilités il y a, c’est bien D’ABORD du côté de la politique et des Politiques qu’il convient de les rechercher.
https://venividisensivvs.wordpress.com/2015/12/18/premiere-guerre-mondiale-a-qui-la-faute-video/
Après, il est évident qu’il ne serait pas juste (même si l’Histoire devrait conduire à reconnaître, en toute objectivité, un rôle important à tel ou tel... fût-il Pétain) de rendre hommage à des maréchaux ambitieux, pour la plupart insensibles aux souffrances des hommes qui ont, au final, fait leur victoire. De ce point de vue, il est clair que l’initiative de l'État-Major des Armées françaises de rendre hommage à huit Maréchaux de la Grande Guerre est pour le moins malvenue. Sans compter que l'ego de Macron ne doit pas le porter à encenser les grands chefs militaires. J'imagine la "remontée de bretelles" qu'il y a dû avoir !
J'ajouterai (on pourra le contester) que ces "Poilus" n'ont pas tous forcément combattu contre leur gré. Entre 1871 et 1914, la haine du "Boche", la revanche de l'Alsace-Moselle, le patriotisme exacerbé ont tellement été développés, qu'on pourrait dire que les esprits ont - d’une certaine façon - été formatés et donc qu'un tel conflit devait fatalement survenir.
En tout état de cause,, ce sont bien de ces soldats de 1914-1918 dont il faudra se souvenir ce 11 Novembre 2018, eux qui ont souffert et qui sont morts pour une victoire malheureusement "provisoire" puisqu'une hécatombe encore plus mondiale et plus atroce finissait, vingt ans après, par faire douter de l'Humanité.
jeannot88

L'auteur jeannot88 est l'auteur de ce message sur Les Voivres (Vosges) publié le samedi 27 octobre 2018 à 15h46.

Voir ses publications Signaler

Les commentaires

Vous devez être connecté
Application Facebook

Grâce à l'application Facebook de Loomji, partagez les plus belles photos de votre commune avec vos amis sur Facebook. Voir l'application

Avec Loomji.fr, suivez le quotidien de votre commune

X Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et optimiser l'affichage du site sur votre terminal.