Les parcs d'attraction

Tour de France des plus grands parcs d'attraction La suite

88240
Les Voivres
Actualité / Message

Courrier des lecteurs : l'indignation d'un Vosgien des Voivres au Pays de Fillon

17 avril 2017 Par jeannot88 2 réactions
Deux mois, deux mois pile que j'avais adressé un courrier au journal "Ouest-France" pour répondre à la lettre de Fillon, parue quelques jours avant dans ce même journal.
J'avais d'ailleurs posté cette lettre ouverte dans un commentaire de "La Météo des Vallées" du blog de Bernard , le 17 février dernier.
Ce 14 avril, je viens - enfin - de recevoir une réponse passe-partout, conforme d'ailleurs à ce que je m'attendais : avec l'aura que possédait Fillon (possède encore ?) - toujours présumé innocent, évidemment - dans la région Pays de Loire/Bretagne notamment et le "catholicisme ambiant" cultivé par le Journal, il y avait peu de chance que ma colère se reflète dans ses lignes. C'est ce qu'il advint. Aussi pour en élargir (un peu) son audience et son audace, le modeste Vosgien de Les Voivres que je suis, connaissant le prix du travail - mais manifestement pas celui des costumes - outré, entre autres, par l'attitude "suffisante" de ce candidat à la fonction suprême de Chef de l'Etat (cf. "L'Emission politique" de France 2 du 23 février et son attitude glaciale face au personnel soignant d'une maison de retraite de Bry-sur-Marne) la reporte dans ce blog en réitérant la lettre ouverte, envoyée comme une bouteille à la mer, avec l'espoir infime d'être découverte.
RE: [Courrier des lecteurs] Courrier des lecteurs ven. 14/04, 19:23
Cher Monsieur,
Nous avons bien reçu le mail que vous avez adressé à notre rubrique « Courrier des lecteurs ».
Au vu de l’important courrier que nous recevons chaque jour, nous n’avons malheureusement pas pu retenir votre mail pour publication.
Merci d’avoir pris la peine de nous écrire. En effet, il est très important pour nos équipes de connaître les réactions de nos lecteurs sur les événements de l’actualité.
Merci pour votre fidélité à notre journal.
Veuillez agréer, Cher Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.
La Rédaction en chef
De : no-reply@ouest-france.fr [mailto:no-reply@ouest-france.fr] De la part de jeannoelcb@hotmail.fr
Envoyé : vendredi 17 février 2017 17:31
À : Courrier des lecteurs et internet redaction Ouest France
Objet : [Courrier des lecteurs] Courrier des lecteurs
Ouest-France
Message de : NOEL
jeannoelcb@hotmail.fr
4, allée des Fougères
72200 La Flèche
0243450559
Bonjour,
Je tente de répondre à la lettre de F. Fillon et aux articles c/t ses soutiens. Merci de faire au mieux.
Lettre ouverte à Monsieur François Fillon
La coupe est pleine. Pour dire la vérité, je souhaite que cette affaire finisse au plus vite.
Vous irez jusqu’au bout, dites-vous. Mais au bout de quoi ? Au bout du bout, vous aurez plombé, voire pris en otage, la campagne de la Présidentielle, vraisemblablement explosé votre parti et ridiculisé la France. J’espère pour vous sincèrement, même si, à examiner la dernière déclaration du PNF prêtant, selon vous, lui-même le flanc à de vives critiques (légitimité, compétence, fuites), çà n’en prend vraiment pas le chemin, que vous vous sortirez de ce guêpier. Avec honneur ? Je ne le crois pas car, coupable ou non et sans parler des conséquences encore inattendues (empêchement, report des élections) que ce "mélodrame" peut engendrer, le mal est fait. Franchement, notre Pays n’avait pas besoin de cela.
La bonne image, que vous vous étiez forgée auprès de vos concitoyens, n’est plus qu’un lointain souvenir. Menant désormais une campagne au son des casseroles (d’autres en ont mais ils ne se sont pas parés d’un parangon de vertu et c’est – on peut le déplorer – peut-être ce que le peuple, celui "d’en bas", "les sans dents", ne pardonne pas) et dorénavant "bunkerisée", comment pouvez-vous, en envoyant vos soutiens, sorte de missi dominici dont on voit bien l’extrême embarras, tenir meeting à votre place, prétendre que la Présidentielle est une rencontre entre un homme et les Français ? Vous les fuyez. Non, Monsieur Fillon, vous n’êtes plus crédible. Vous avez perdu votre stature et, en même temps une partie de votre dignité. De Monsieur Propre, lavant plus blanc que blanc, vous avez été, en quelque sorte, supposé pris les doigts dans le pot de confiture. Pourquoi ? Où est le problème, comme se demande François Vercelleto dans son billet (Ouest-France 16-02-2017) ? Il est « Pour les élus, d’appréhender la réalité quotidienne de leurs concitoyens. A tel point que les plus hauts placés s’étonnent que leur situation – légale - soit perçue comme injuste par bon nombre de Français ».
De surcroît, ceux qui ont voulu exclure (au sens du terme "dégagisme", particulièrement à la mode ces temps-ci) celui dont vous avez été le « collaborateur » pendant 5 ans (et donc coresponsable, ce que vous avez aussi du mal à reconnaître) et à qui vous aviez si bien fait allusion - tout en ne trompant personne - par votre cinglant : « Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ? », ont tout de même la désagréable impression que votre célébrissime formule se retourne quelque peu contre vous… même si vous bénéficiez toujours, en attendant de savoir ce que le PNF peut bien vouloir suggérer par avoir « écarté un classement sans suite à ce stade de l'enquête », de la présomption d’innocence. Vous voir maintenant lui faire allégeance au point d’oublier en partie votre programme au profit du sien (majorité pénale par exemple) est, pour moi, parfaitement navrant.
Vainqueur d’une Primaire représentant le dixième du corps électoral, ne veut pas dire vainqueur de la Présidentielle. Cela aussi vous l’avez oublié. Vous avez commencé à vous "griller" avec votre « rupture » brutale et quand l’ensemble des Français a découvert votre conception de la sécurité sociale – plutôt pour les riches et donc les assurances (?) et les mutuelles – que nous n’aurions soi-disant pas comprise et votre "éradication" de 500 000 fonctionnaires. C’était déjà avant ce que j’appellerai le "Fillongate" car, pour moi, c’est bien vous le véritable maître du jeu et non pas votre honorable épouse que vous aimez et qui travaille si excellemment. Mais, Monsieur Fillon, beaucoup d’épouses sont dans le même cas (enfants, tenue de la maison (j’ai bien dit maison), ouverture du courrier et réponses éventuelles, coups de téléphone, prises de rendez-vous et organisation de l’agenda, accompagnement et/ou représentation à des manifestions, etc. A quel montant, croyez vous, que se monte leur salaire ? Pas un cent, Monsieur Fillon, parfois pas même de reconnaissance. Quand elles n’y sont pas de leur poche ! Leur restent la satisfaction et la fierté d’un travail bénévole bien fait !
Bien sûr, vous pouvez toujours, rejetant avec un bel ensemble les médias, la justice, vous en « remettre désormais au seul jugement des urnes » mais je crois que bon nombre d’électeurs, potentiels et cocus de voir la tournure que prend cette campagne dévastatrice, ne sont plus prêts à vous accorder leur confiance. Ils ont, eux aussi, pris un coup de poing dans l’estomac. Vos tergiversations initiales, votre manque de réactivité, vos explications hésitantes, vos raisonnements parfois alambiqués, votre lettre aux Français (des excuses ne suffisent pas à tourner tout simplement la page et nous n’avions pas besoin d’elle pour « décider en conscience »), même votre escapade à La Réunion, votre travail - « un travail qu’il a organisé comme il l’entendait » a dit un de vos soutiens (pas sûr que ce soit le bon argument) -, tout contribue à piper la suite des événements.
Pas sûr du tout que votre programme (amendé donc) « redonne de l’espoir aux Français » qui se demandent actuellement combien de temps cette tempête va encore durer et comment vous pourriez gérer, à long terme, un tel tohu-bohu si, d’aventure, vous accédiez à la fonction suprême.
Vous venez, par votre faute, de rater le rassemblement des français et le redressement de la France n’est plus qu’un rêve lointain.
À très bientôt,
L'équipe Ouest-France.

Images (3)

Courrier des lecteurs : l'indignation d'un Vosgien des Voivres au Pays de Fillon
jeannot88

L'auteur jeannot88 est l'auteur de ce message sur Les Voivres (Vosges) publié le lundi 17 avril 2017 à 08h17.

Voir ses publications Signaler

Les commentaires (2)

Vous devez être connecté
18 avril 2017 08h25

Je sais, article beaucoup trop long - voire un peu trop polémique - au regard d'une rédaction qui, comme les autres et donc aussi celle de VosgesMatin, "taille fort" (le manque de place en étant souvent le prétexte) les sujets qui lui sont proposés par ses propres journalistes, pigistes et/ou correspondants, lecteurs et autres intervenants.
Je (re)poste en photos un article (envoyé le 20 mars 1998 et qui est effectivement paru un mois après) que j'avais eu tout de même la satisfaction de voir publié.

18 avril 2017 04h08

Tout en étant entièrement d'accord avec vous, tout en admirant votre retenue et votre ton mesuré, en tant que nouveau correspondant local de Vosges Matin à Les Voivres qui se fait couper au 2/3 ou même au 4/5 la plupart des articles de 1000 à 1500 signes, qu'il envoie je ne m'étonne pas que le journal n'ait pas publié votre lettre. Enfin quelques uns la liront sur là.

Application Facebook

Grâce à l'application Facebook de Loomji, partagez les plus belles photos de votre commune avec vos amis sur Facebook. Voir l'application

Avec Loomji.fr, suivez le quotidien de votre commune

X Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et optimiser l'affichage du site sur votre terminal.