Les marchés de Noël

Tour de France des plus beaux marchés de Noël La suite

88240
Les Voivres
Actualité / Message

Hommage à un martyr

22 oct. 2020 Par jeannot88 4 réactions
En cherchant sous quel angle aborder l'hommage rendu hier soir à Samuel Paty, ce professeur décapité lâchement par un terroriste à peine plus âgé que ses propres élèves et - en même temps - conscient du manque flagrant et cruel à sa façon (puisque confirmé plus ou moins par le Premier Ministre dans sa conférence de Presse cet après-midi) de perspectives offertes aux Français, brouillées par un virus qui prend manifestement le dessus malgré le couvre-feu que le Gouvernement lui oppose, c’est un message transféré par un camarade, actuel Président de l’ACBFL que je trouve - s’agissant de ce crime abject - pertinent de citer dans cet article.
Depuis le drame, on a bien compris, à travers les polémiques qui enflent, que l’Unité nationale n’est pas à l’ordre du jour. On peut (doit ?) le déplorer mais, outre les discours de circonstances, aussi émouvants soient-ils, il s’agira de passer aux actes, aussi forts que possible pour éradiquer cette engeance inhumaine.
Cela ne va pas être aisé et il faudra une sacrée dose de volonté quand on voit que certains des impliqués (fussent-ils mineurs et peut-être pas conscients de leur acte vénal mais au final criminel) qui ont livré le malheureux professeur d’Histoire au couteau du tueur viennent d’être relâchés.
On remarquera aussi la promptitude des recours contre la fermeture de mosquées un peu trop "militantes". On peut aussi subodorer sans trop se tromper que les expulsions souhaitées et autres mesures envisagées par le Ministre de l'Intérieur notamment n’iront pas à la même vitesse.
On n’est évidemment pas obligé d’adhérer, puisqu’il s'agit de lui (discours prononcé ce lundi 18 octobre) aux thèses de Robert Ménard, ancien Président de "Reporters sans frontières" quelque peu égaré depuis aux frontières justement du R N ("Charlie Hebdo" vient de le lui rappeler) mais force est d’admettre qu’il n’a pas nécessairement tort devant la prolifération de ces crimes islamistes et qu’il est manifestement urgent de combattre cet islamisme d'égorgeurs.
Va-t-on devoir ériger aussi, comme le suggère Chaunu, à côté de noms de nos morts du "temps de guerre" gravés dans le marbre, des monuments dédiés à des enseignants chargés de l'instruction ainsi que de l'éducation de nos enfants ?
En attendant et puisque le cercueil, porté par des Gardes républicains, arrive aux accents de
https://youtu.be/FKt9sd8VQLQ
; je citerai aussi, pour faire bonne mesure :
- le texte de Jaurès « Aux instituteurs et institutrices »
- le poème de Gauvain Sers "Parait qu'on s'habitue"
- la lettre qu’Albert Camus a écrite à son instituteur Louis Germain, le jour où il a reçu le prix Nobel de littérature. Ce dernier a été pour l’auteur de La Peste un prescripteur. C’est avec lui qu’il a notamment préparé le concours des bourses pour les collèges et lycées, entre 1918 et 1923.
- le discours du Président de la République
(modifié le 23-10-2020)
jeannot88

L'auteur jeannot88 est l'auteur de ce message sur Les Voivres (Vosges) publié le jeudi 22 octobre 2020 à 19h50.

Voir ses publications Signaler

Les commentaires (4)

Vous devez être connecté
27 oct. 2020 10h33

« Comment faire face à cette violence qui s'accroît ? » : pas facile en effet, d'autant que « Récemment, une agence proche d'Al Qaida vient d'appeler à cibler la France. »
Vigilance, consignes et des dispositifs de sécurité adaptés aux situations locales sont annoncés. Espérons (valable pour la Covid-19 également) que nous serons plus dans l'action que dans la réaction. Le sentiment de "courir après" l'événement avec toujours un temps de retard, sans pouvoir réellement l'anticiper, est extrêmement frustrant... d'autant que, en matière aussi bien sanitaire que sécuritaire (pour ne parler que de cela), la confiance n'y est pas.

26 oct. 2020 10h15
Evelyne, de Esprels (70)

Je lis lettre et poème, écoute encore U2 et m'interroge toujours.
Comment sera la rentrée ?
Comment faire face à cette violence qui s'accroît ?
Et de me souvenir de notre collègue Christine Renon qui elle aussi croyait aux valeurs de l'école.

24 oct. 2020 10h40

Là aussi je suis d'accord mais le Corps enseignant a commencé, si je peux me permettre d'utiliser cette expression assez malvenue en raison du contexte, à "creuser sa tombe" en acceptant (du moins certains) que les élèves ne se lèvent pas à l’entrée du professeur, l’appellent éventuellement par son prénom, voire le tutoient sans que peu ne s'en offusquent, etc.
Cette remarque n'exonère pas bien entendu les assassins islamistes (commanditaires et commandités) des responsabilités de leur sinistre activisme meurtrier et révoltant.
Il faudra voir si les actes suivent les paroles. Je parle naturellement de nos gouvernants car, s'agissant des extrémistes, les demandes (de tuer les "mécréants") sont généralement suivies d'effet (quel qu’en soit le moyen et le moment).

Charger la suite
Application Facebook

Grâce à l'application Facebook de Loomji, partagez les plus belles photos de votre commune avec vos amis sur Facebook. Voir l'application

Avec Loomji.fr, suivez le quotidien de votre commune

X Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et optimiser l'affichage du site sur votre terminal.