Festival d'Angoulême

Découvrez le festival de la bande dessinée d'Angoulême La suite

88240
Les Voivres
Actualité / Message

« Un Président ne devrait pas dire cela »

20 mai 2018 Par jeannot88 Réagir
(mis à jour le 21-05-2018)
Le 28 mars dernier, le Président de la République avait rendu un hommage de haute tenue au lieutenant-colonel Beltrame, dans lequel on pouvait entendre notamment : « Nous l’emporterons par la cohésion d’une nation rassemblée. »
Pourquoi diable faut-il, qu’un peu plus d’un mois après, le 7 mai 2018, dans le documentaire "Macron président, la fin de l’innocence", de Bertrand Delais (un de ses amis - bien qu’ayant prétendu devant Bourdin et Plénel ne pas en avoir – propulsé à la tête de "Public Sénat"), il vienne le brouiller par une intervention stupide, mesquine, méprisante, d’une bassesse étonnante, en opposant ce gendarme mort pour ses valeurs, celles de la France éternelle, et les défenseurs des allocations logement ? Polémiqueur il est, polémiqueur il restera… surtout au détriment des "petites gens".
Pensant immédiatement que ce n’était pas la meilleure façon de rassembler les Français, les propos m’avaient choqué, me turlupinaient depuis quelque temps et voilà qu’à la faveur de " l’Emission politique" de ce jeudi, ils refont surface en soulevant en moi le même sentiment d’écœurement d’une récupération politique particulièrement malvenue et indigne de celui qui la pratique. Je ne suis pas loin, en effet, de cautionner le tweet du PCF : « Se servir de la magnifique figure du colonel Beltrame pour salir ceux qui luttent pour leurs droits est misérable ».
J’oserai aussi affirmer que point n’est besoin d’être Jupiter ou un de ses adeptes pour partager (ce qu’ils n’ont pas encore démontré) des valeurs incarnées par le lieutenant-colonel Beltrame. De mon expérience personnelle, je citerai le Détachement des "Casques blancs" livré, si je puis dire, avec une seule symbolique arme de poing - et la recommandation de ne pas s’en servir - à la folie des milices libanaises lourdement armées et agressives de mars 1984 à avril 1986. N’en fallait-il pas « des idées, des valeurs, quelque chose d'une guerre qui le dépasse », je dirais même quelque peu de courage à défaut d’héroïsme, au service d’une paix quasi illusoire, de surcroît à l’égard d’un autre Pays, ami de la France certes, mais étranger tout de même ? Sept en sont morts.
Je veux montrer par-là que chacun d’entre nous peut partager des valeurs, des idées au point d'aller jusqu’au sacrifice suprême et, EN MÊME TEMPS – avoir la volonté, sans non plus penser qu’il s’agisse là du « summum de la lutte », de défendre notre quotidien que tous ces dirigeants, arrivés pour ne pas dire arrivistes, ignorent avec arrogance tout en n’omettant pas de nous spolier à leur convenance.
On aimerait pouvoir penser que le Chef de l’État a raison de tirer ses compatriotes (hélas ! surtout ceux qui sont quelque chose par opposition à ceux qui, selon "l’intronisé de la Pyramide du Louvre", ne seraient rien) vers le haut, leur montrer la voie à suivre, leur rappeler les vraies valeurs… à condition qu’il se les applique à lui-même (ce dont je ne suis pas tout à fait certain). Mais son abandon rapide du thème de la « bienveillance » et son dédain clairement affiché à l'encontre de ceux qui ne sont pas de sa caste politico-financière, écartent implacablement de la cordée tous les autres.
Il ne peut pas se contenter, du haut de son arrogance, de nous donner des leçons. Vanté pour son aura européenne (prix Charlemagne, sans toutefois parvenir à convaincre), internationale (largement entachée, malgré ses "entrechats" mal récompensés avec Trump, par différents échecs) mais, tout compte-fait, assez impuissant (sauf à gouverner en force) dans son propre Pays, il ne faudrait pas que, d’une certaine façon, il se "venge" sur son peuple qui doit se plier sans murmurer à son bon vouloir.
Ceux qui prônent de lui accorder un délai, d’attendre des jours meilleurs, de faire le bilan dans 4 ans, ont sans doute raison constitutionnellement mais qu’adviendra-t-il si c’est pour constater qu’actuellement au bord du trou, nous aurons alors fait un grand pas en avant ?
jeannot88

L'auteur jeannot88 est l'auteur de ce message sur Les Voivres (Vosges) publié le dimanche 20 mai 2018 à 09h23.

Voir ses publications Signaler

Les commentaires

Vous devez être connecté
Application Facebook

Grâce à l'application Facebook de Loomji, partagez les plus belles photos de votre commune avec vos amis sur Facebook. Voir l'application

Avec Loomji.fr, suivez le quotidien de votre commune

X Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et optimiser l'affichage du site sur votre terminal.