Les parcs d'attraction

Tour de France des plus grands parcs d'attraction La suite

88240
Les Voivres
Actualité / Message

« C’est au pied du mur qu’on voit le "Macron" »

25 août 2018 Par jeannot88 Réagir
(montage JN)
Je ne sais pas si aux Voivres comme à La Flèche, il y a beaucoup de Français qui ont les moyens, sitôt rentrés, de repartir en vacances. A l’Elysée apparemment oui. On nous dit que le Président d’une République irréprochable serait retourné, depuis jeudi, prolonger ses vacances (non pardon, travailler, selon sa prévenante épouse parfaitement "briefée") en famille à Brégançon… Les voyages forment la jeunesse (celle de Macron) mais pourraient bien déformer - encore un peu plus - non pas les valises mais la popularité du « premier de cordée » au vu de ses résultats à ce jour peu probants et aux polémiques incessantes depuis son entrée en scène jupitérienne.
De quoi alimenter ma colère d’autant plus que, n’en étant pas à un voyage près, payé forcément par le contribuable, je me dis qu’il aurait pu, pour le coup, plutôt que préférer un bain de foule à Bormes-les-Mimosas, "se fendre" d’un aller-retour Brégançon-Amiens,
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_d%27Amiens_(1918)#Contexte_historique
histoire d’honorer les "Poilus", ainsi sacrifiés aux vacances (23 000 Anglais et 22 000 Français estime-t-on), qui l’attendaient (ainsi qu’éventuellement son Premier Ministre, en transhumance dans les Alpes nous dit-on) en compagnie - excusez du peu – de Theresa May, du Prince William, héritier présomptif du trône britannique, de l’ancien Président allemand Joachim Gauck, et des délégations canadiennes, américaines, australiennes et irlandaises. A n’en pas douter, un faux pas diplomatique. « Macron et Philippe absents à Amiens : l’affront est double. L’affront à l’ami britannique. L’affront à Amiens qui l’a vu naître. », écrira d'ailleurs le "Courrier Picard". Certains pourraient bien s'en souvenir.
Nous avons donc commencé les vacances avec la ténébreuse "affaire Benalla", qui n’en serait pas une, et nous rentrons avec "l’affaire Nyssen" qui, bien que, selon certains médias, marquée du sceau infamant de la récidive, n’en serait pas une non plus. Pas vue, pas prise mais heureusement - merci aux contre-pouvoirs – vue, prise. Et ce n’est pas le ton, limite suffisant, employé par la Ministre pour tenter une justification un peu courte, qui devrait arranger sa situation. Il ne m’étonnerait pas qu’elle fasse partie de la première charrette d’un possible remaniement… Ce qu’au demeurant, elle aurait dû faire d’elle-même.
La coupe est pleine ! Pas celle que Lloris (bientôt décoré de La Légion d’Honneur) a arrosée à Moscou avec notre donneur de leçons présidentiel qui en espérait bien quelques retombées, puis copieusement vidée (ou une autre) pas plus tard qu’hier, alors rentré dans « la perfide Albion », mais celle des presque 18 mois d’un règne macronien parsemé de faux pas qualifiés souvent de bénins par journalistes, éditorialistes et autres intervenants "aux ordres" mais, accumulation aidant, qui sapent une cohésion nationale suffisamment "factice" pour ne pourtant pas en avoir besoin et fracturent la France inutilement et surtout dangereusement. "L'apologie" du travail et des actifs par exemple ne peut pas, ne doit pas se faire au détriment des retraités qui ne méritent pas le traitement, tel une sorte de jalousie ou de vengeance injuste, que leur inflige obstinément des dirigeants offensants en les dévalorisant ainsi. Eux aussi, ces retraités vilipendés par l'arrogance de politiciens "schizophrènes", ont travaillé !
Selon la méthode que l’on ma enseignée pour faire un bilan, j’ai donc tracé deux colonnes, celle des moins et celle des plus.
Passons (mais sans oublier de les cocher) sur les mots blessants, les phrases cassantes, les attitudes méprisantes, les initiatives puériles comme la dernière (?) celle de faire construire une piscine qu’il dit, au bout du compte, ne pas aimer. Si ce n’est pas nous prendre pour des imbéciles ! Les croix défilent, remplissant plus une colonne que l’autre et finissent par s’additionner.
Au bout d'un compte que je ne vous infligerai pas, il est donc grand temps de tirer la sonnette d’alarme, car ce « libéral autoritaire » qui a voulu "laver plus blanc que blanc", indulgent pour ses groupies mais impitoyable pour ceux qui osent porter la contradiction, n’est pas en mesure de tenir ses promesses, demande toujours plus de délais, nous fait miroiter d'hypothétiques résultats, fondés souvent sur des (sur)estimations ou prévisions erronées par la pieuvre de Bercy, qui ne viennent évidemment pas.
« Maitre des horloges » dit-il mais ne serait-il pas préférable qu’il le soit du pouvoir d’achat en nette régression, de la croissance en berne, du chômage stagnant, de l’inflation quelque peu galopante dont le taux n’est pas près d’être rattrapé par celui de nos pensions de « nantis » ? Actif de la « génération dorée » (cf. un député de la génération LREM), je croyais naïvement, dans notre système de retraite par répartition, avoir participé à financer la retraite de mes aînés, voilà que je finance maintenant les revenus d’activité de mes cadets !
A l’extrême limite pourquoi pas au titre de la solidarité ? Mais il faudrait que l’argent ainsi "spolié" ne tombe pas – sans jamais le combler - dans le gouffre abyssal de nos déficits et revoir urgemment les injustices patentes accentuées par le rothschildien Macron et ses amis énarques, financiers gourmands, actionnaires aux dividendes éhontés, se servant plus qu’ils ne servent le Pays, partisans de sa doctrine ayant mieux "imprimé" le mot libéral que social et dont on ne discerne pas bien le « ruissellement » possible sur les membres de la cordée, « ceux qui ne sont rien » j’entends.
Sans compter les (mauvaises) surprises qui se dessinent par des ballons d’essai ou des fuites bien organisées pour "tester" nos réactions avant le matraquage final.
On se doute aussi que la bataille des Européennes, déjà commencée, ne va pas nous faciliter la vie ! Quand je pense, par exemple, que les Socialistes ont tenté de nous faire avaler une histoire belge. Faut-il que les oppositions soient laminées !
Dans ce contexte, pas étonnant que Macron se sente plus ou moins invincible et probablement tenté - en quelque sorte - d’être la "tête de liste" (le Chef, comme il aime à le répéter pour mieux s'en convaincre) des prochaines élections dans une Europe, éclatée, déchirée, de plus en plus à la peine.
A la fois au bénéfice du doute et si on a pour coutume de dire : « C’est au pied du mur qu’on voit le "Macron" », prenons tout de même garde qu’il ne nous emmène pas tout droit nous fracasser contre l'obstacle. Sa première année du quinquennat menée au pas de charge d’un pouvoir exorbitant à travers toutes les vicissitudes du vieux Monde qu’il fustige tant mais dont il "profite" parfaitement des nombreuses failles, ne plaide pas en faveur de son nouveau Monde des riches, voire « très riches » comme a ironisé son prédécesseur, et des grandes agglomérations. Une nouvelle fois, les petits se préparent à "trinquer" !
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/politique/constitution-budget-pauvret%c3%a9%e2%80%a6-les-dossiers-qui-rythmeront-la-rentr%c3%a9e/ar-BBMieDN?li=BBoJIji&OCID=CALHeader
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/politique/les-fran%c3%a7ais-doutent-de-l%e2%80%99efficacit%c3%a9-de-sa-politique-emmanuel-macron-touch%c3%a9-au-c%c5%93ur/ar-BBMnoJ2?li=BBoJIji&OCID=CALHeader
jeannot88

L'auteur jeannot88 est l'auteur de ce message sur Les Voivres (Vosges) publié le samedi 25 août 2018 à 10h52.

Voir ses publications Signaler

Les commentaires

Vous devez être connecté
Application Facebook

Grâce à l'application Facebook de Loomji, partagez les plus belles photos de votre commune avec vos amis sur Facebook. Voir l'application

Avec Loomji.fr, suivez le quotidien de votre commune

X Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et optimiser l'affichage du site sur votre terminal.