Les marchés de Noël

Tour de France des plus beaux marchés de Noël La suite

88240
Les Voivres
Actualité / Message

« Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis »

04 déc. 2018 Par jeannot88 Réagir
Pendant que Macron boude (ou change de moquette) en ne digérant pas son recul – car c’en est un malgré toutes les dénégations hypocrites de ses partisans – aussi tardif que vraisemblablement provisoire, ne s’adresse pas aux Français alors qu’il les tançait vertement régulièrement depuis l’étranger et après le simulacre de « main tendue » du Premier Ministre, pourtant moins « droit dans ses bottes » depuis dimanche et aussi fatigué que les Forces de l’Ordre, dans son adresse de ce matin, jour où certains d’entre-nous célébrent Sainte-Barbe, fête dont l'origine est une tragédie (celle de Barbe décapitée par son propre père), c’est ce que j’aurais pu écrire.
En l’occurrence, tragédie il y a eu au cours de ces 3 dernières semaines (4 morts et des centaines de blessés, sans compter casse, vandalisme, profanation, etc.) et ces politiciens, experts de toutes les finesses, cherchent à gagner du temps, continuent à essayer de monter les Français les uns contre les autres, persistent à vouloir salir ce soulèvement des « classes laborieuses » comme dirait Jupiter, un peu redescendu, par la force des événements, de son piédestal. Ce que je dois donc écrire est : que même en changeant d’avis, les imbéciles restent des imbéciles.
Ils n’ont, manifestement (c'est le cas de l'écrire) toujours rien compris, comptent sur leurs mesurettes fumeuses, tout en espérant que les "Gilets jaunes" ne traduisent pas immédiatement ce que veut dire « moratoire ». Mais ces derniers ne sont pas que des illettrés et ont bien compris qu’ils allaient se faire berner, notamment dés la fin des Européennes. Pas de confiance donc mais, au contraire et plus que jamais, méfiance !
Ces dirigeants d'un « nouveau Monde » promis, hautains, méprisants, financièrement et fiscalement abjects, loin d'un peuple qui souffre et qu'ils asservissent, ankylosés de l'esprit par leurs privilèges exorbitants qui n'ont plus lieu d'être, versent des larmes de crocodile sur une situation dramatique qu’ils ont eux-mêmes provoquée par l'INJUSTICE de leur gouvernance se vautrant très exactement dans les traces de celle d'un «ancien Monde » qu'ils nous disaient révolu.
Mais certains, rechignant à reconnaitre leurs erreurs et persistant dans leur incommensurable nullité, ainsi que les groupies de la majorité (à l'image de cette députée légiférant de puis 18 mois mais ne connaissant même pas, quelle honte, le montant du SMIC :
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/politique/une-d%c3%a9put%c3%a9e-lrem-ne-conna%c3%aet-pas-le-montant-du-smic-les-gilets-jaunes-scandalis%c3%a9s/ar-BBQqjko?li=BBoJIji&OCID=CALHeader)
continuent de vouloir culpabiliser ce Peuple qu’il ne voient pas, n’entendent pas, ne comprennent pas mais qu'ils méprisent avec indécence tout en ignorant avec "superbe" les simples mots de pouvoir d'achat ou reste à vivre.
En l’espèce, ces mesures prises sous la pression et après avoir abondamment ignoré puis tenté de discréditer le mouvement des "Gilets jaunes" sont, au mieux insuffisantes et ne correspondant que très "petitement" aux revendications exprimées (suppression de taxes et non pas suspension - moratoire -, retour à l'ISF, par exemple), au pire un enfumage de façon à gagner du temps pour mieux calmer la colère pendant les 3 mois de négociations (si véritables négociations il y a) à venir ou, mieux peut-être, laisser passer les Européennes et finir par châtier « ceux qui ne sont rien » mais qui ont fait (un peu) plier des politiciens qui, pour nous oppresser et nous avoir régulièrement insultés à coup de petites phrases assassines, ne méritent pas notre respect. Respect des fonctions oui, respect des hommes (et des femmes car dans la majorité certaines n'ont vraiment pas la "carrure") non car en prenant par rejet le pouvoir, ils ont ont perdu leur âme (pour avoir méconnu l'aspect social, il est permis de se demander s'ils en avaient une) à l'égard du « peuple d'en bas » dont ils se sont outrageusement moqué (et continuent encore malgré ce revers infligé par la colère du Peuple en jaune) comme de l'an 40.
Malgré ces mesurette clairement insuffisantes, méfiance cependant à propos, par exemple, de ces taxes sur l’électricité et le gaz, bloquées pendant les mois d’hiver (en réalité jusqu’au 1er mars, comprenne qui pourra) et qu’on pourrait bien nous faire rembourser rétroactivement. Ça nous rappellerait Ségolène Royal…
Oui, Monsieur Macron, vous le responsable d'avoir, selon une de vos expressions à l'égard d’ouvriers de GM&S, « foutu le bordel » dans notre France maintenant malmenée et un peu défigurée, tout comme sous la haute autorité de votre épouse, vous commencez, à compter de ce jour précisément, à changer les moquettes de l’Élysée, vous DEVEZ changer votre mode de gouvernance, changer aussi quelques uns de vos ministres (dont certains auraient dû immédiatement tirer les conséquences de leur cruelle mais méprisante incurie) que l'on voit un peu trop sur les plateaux télé déverser des tonnes de "tortueuses" contradictions à l'exemple de Griveaux : « Je n'ai aucun état d'âme à dire qu'on a pu se tromper, qu'on a écouté et donc qu'on a changé. C'est le rôle du politique de ne pas être sourd, de ne pas être aveugle ».
« Usant d'ironie à certains endroits, en raillant plusieurs rumeurs le visant, le chef de l'Etat a clamé qu'il était "le seul responsable" à plusieurs reprises du scandale Benalla. Surtout, il s'est montré offensif: "On ne peut pas être chef par beau temps. S'ils veulent un responsable, il est devant vous. Qu'ils viennent le chercher. Et ce responsable, il répond au peuple français, au peuple souverain", a ajouté le président. » ("l'Express" 25-07-2018) :
actuellement il ne fait pas beau et notre France est abimée, les "Gilets jaunes" veulent un responsable (cf. Macron démission !), vous ne leur répondez pas et vous vous apercevez tardivement (plus que votre majorité inexpérimentée et fantasque) que le peuple qu'ils représentent est souverain. Ils sont allés "vous chercher"... en attendant pire ?
Camarades "Gilets jaunes", n'accordez pas inconsidérément votre confiance à des politiciens qui nous ont tant trompés, menti, volés mais je vous en conjure , structurez-vous, encadrez vos manifestations, bannissez la violence, faites taire votre ego afin de rester crédibles et de présenter une force de dialogue face à des gouvernants, des chefs de partis et de syndicats dont vous ne vouliez pas mais par lesquels il faudra probablement bien passer pour ne pas transformer notre démocratie (« La démocratie est le pire des systèmes, à l'exclusion de tous les autres.» - Winston Churchill) en une sorte d'anarchie, un mot bien connu d'Édouard Philippe qui « a tiré à boulets rouges sur les "gilets jaunes" . Invité sur le plateau du 20h de France 2 dimanche 18-11, il a déclaré : « La France, c'est la liberté d'expression, mais ce n'est pas l'anarchie.» Une anarchie dont il est bel et bien un des premiers "contributeurs".
(modifié le 05-12-2018)
jeannot88

L'auteur jeannot88 est l'auteur de ce message sur Les Voivres (Vosges) publié le mardi 04 décembre 2018 à 21h07.

Voir ses publications Signaler

Les commentaires

Vous devez être connecté
Application Facebook

Grâce à l'application Facebook de Loomji, partagez les plus belles photos de votre commune avec vos amis sur Facebook. Voir l'application

Avec Loomji.fr, suivez le quotidien de votre commune

X Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et optimiser l'affichage du site sur votre terminal.