Les stations de ski

Tour de France des plus belles stations de ski La suite

88240
Les Voivres
Actualité / Message

L’« agitateur » "agité"

07 janv. 2019 Par jeannot88 Réagir
(photo d’illustration BERTRAND GUAY / AFP)
Je ne sais pas trop, même si samedi dernier, à Epinal (où le SICOVAD de l’agglomération s’est inspiré de l’actualité), ils étaient quelque 2 000 a-t-on pu lire, comment aux Voivres, cette saga des "Gilets jaunes" est comprise mais une chose est sûre, ces circonstances navrantes (c’est un euphémisme) pour notre Pays, favorisent le retour en grâce de certaines expressions bien connues telles que : « crier au loup », « jeter de l’huile sur le feu », « l’arroseur arrosé ».
Il ne s’agit pas de justifier ces violences inadmissibles qu’il faut, au contraire, condamner fermement mais le Porte-parole du Gouvernement se trompe lourdement en prétendant : « Ce n'est pas moi qui ai été attaqué, c'est la République, Ce sont les institutions, c'est la forme démocratique du gouvernement qui a été attaquée. Vous savez, ici, c'est la maison de tous les Français. Ceux qui ont aujourd'hui utilisé un engin de chantier pour défoncer le portail du ministère, ils ont attaqué la maison de France. » Non, ce n’est pas la France qui été attaquée, c’est bien lui personnellement pour son dénigrement persistant d’une révolte jaune et bien visible sans laquelle ne seraient toujours pas entendus « les gens d’en bas ». Un Gouvernement belliqueux, figé dans des attitudes hautaines, à qui il a fallu près de 2 mois (et encore ! le cadre étroit qu’il veut imposer à la soi-disant grande consultation ne présage rien de bon) pour admettre - du bout des lèvres - que sa démocratie à géométrie variable n’était pas supportable par beaucoup de nos compatriotes.
Tout comme le Président de la République qui, par ses petites phrases méprisantes, ses sorties médiatiques et sa surdité aux problèmes de base d'une majorité de Français, a fini par attirer une sorte de haine (le mot est très fort mais il convient parfaitement) à son encontre, Griveaux a tort de se prendre (d’autres, comme Mélenchon, l’ont fait avant lui et on sait comment cela a été perçu) pour la République… et toute la suite de sa péroraison.
C’est bien lui qui était visé, en tant que Porte-parole d’un Gouvernement (nommé et non élu, là aussi il y aurait besoin de changement). D’ailleurs, à l’exemple de leur chef, tous sans exception, se sont exercés à ces bon mots "à la con" « (pardon "à la Macron"). Outre ceux déjà cités, que ce soit Castaner (des « factieux et séditieux » ), Darmanin (« la peste brune » ), Ferrand (sortant de sa fonction de Président de l’Assemblée), Le Gendre (bien trop intelligent et trop subtil) et autres députés et sénateurs LREM à court d’arguments et intervenant à tort et à travers, profitant de leur position de force, s’auto-persuadant d’avoir toujours raison, tous donc s’acharnent à décrédibiliser ce mouvement qui les a tant surpris en mettent un holà (encore insuffisant) au "racket" ciblé des « classes inférieures ».
C’est donc bien Griveaux (entre autres) qui, probablement sur ordre mais faut-il être ignare pour persister dans une bêtise intégrale et dangereuse qui à force de déclarations aussi intempestives que celles de son "dieu déchu", attise continuellement la colère. A le voir et à l’écouter narrer sa malheureuse aventure de ce samedi après-midi, on perçoit bien sur son visage cette sorte de jouissance qui lui permettra de stigmatiser, encore un peu plus et jusqu’à une extinction espérée, ce mouvement dont on doit condamner les excès d’une minorité et de casseurs infiltrés mais jamais sans vouloir l’humilier à tout prix.
Oui, haro sur ce mépris sidérant pour tous ceux qui « fument des clopes et roulent au diesel », honte à celui qui ne fait ignominieusement passer que pour des agitateurs ceux qui réclament égalité et justice, renvoyons-le à ses chères études de citations hasardeuses, indignes d’une fonction pour laquelle il aurait dû être relevé ou, mieux, jamais investi. Lui et quelques autres, tels des pyromanes de service, ne contribuent pas à la sérénité d’un possible – et souhaitable - retour au calme.
Je ne comprends pas qu’une sorte d’autorité (ce serait, en principe, le rôle de l’Assemblée mais quand on connait sa composition et son fonctionnement…) parfaitement indépendante (là, c’est un peu trop demander, je pense) ne puisse pas corriger l’action - on en voit le triste exemple dans http://lesvoivres88240.over-blog.com/2019/01/chronique-d-une-mort-annoncee-acte-2.html
de dirigeants (passés, présents et à venir) manifestement injustes, orgueilleux, enfermés dans leurs (in)certitudes, ambitieux dans le mauvais sens du terme, et les empêcher de nuire, de condamner et interdire leur saccage (qu’ils imputent aux autres après en avoir, par leur attitude nocive, été à l’origine) de la France au nom d’un cap qu’il faudrait absolument tenir et dont on sait bien qu’il faut parfois en changer face aux éléments déchainés.

Images (2)

L’« agitateur » "agité"
jeannot88

L'auteur jeannot88 est l'auteur de ce message sur Les Voivres (Vosges) publié le lundi 07 janvier 2019 à 11h22.

Voir ses publications Signaler

Les commentaires

Vous devez être connecté
Application Facebook

Grâce à l'application Facebook de Loomji, partagez les plus belles photos de votre commune avec vos amis sur Facebook. Voir l'application

Avec Loomji.fr, suivez le quotidien de votre commune

X Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et optimiser l'affichage du site sur votre terminal.