La France des carnavals

Découvrez tous les plus beaux carnavals de France La suite

88240
Les Voivres
Actualité / Message

Le « scarifié » et les sacrifiés

05 févr. 2019 Par jeannot88 Réagir
(illustration : Emmanuel Macron, le 15 janvier 2019 à Grand Bourgtheroulde, lors du lancement du grand débat national. Ludovic Marin, AFP)
Il y a les paroles et les actes, En lisant http://lesvoivres88240.over-blog.com/
on se rend bien compte, en effet, que pendant le "Grand Débat" la vie continue… ou plutôt la mort (celle des écoles par exemple pour ne citer qu’elles puisque 7 ou 8 articles successifs leur sont consacrées), « les conditions d’apaisement » demandées dans le communiqué de l’AMRF ne sont évidemment pas réunies et point n’est besoin d’être grand clerc pour deviner qu’à « sa proposition d’Agenda rural », la réponse de l’Etat est de s’être largement "assis dessus"…
Il ne faut naturellement pas non plus croire Macron (outré qu’un Gilet jaune puisse avoir le même statut – sur les chaines télé, NDLR - qu'un ministre ou un député) : « Jojo avec un gilet jaune a le même statut qu'un ministre ou un député ! » quand il déroule ses confidences et états d’âme devant 5 journalistes privilégiés, envoutés, rosissant du plaisir d’avoir été invités - et de ce fait redevables – mais quelque peu "affligeants" et cireurs de pompes dans leur compte rendu.
Au détour de cet échange (?) avec ces journalistes, sinon acquis à sa cause mais apparemment peu incisifs et béatement réceptifs à ce coup de Com’, on sent bien - une fois encore – que le "Grand Débat national" risque d’être complètement plié et qu’il ne faut pas trop se faire d’illusions sur sa conclusion. Les volets - social et économique - auraient été (mal) réglés le 10 décembre dernier par 10 à 12 milliards ressassés à l'envi par les "inconditionnels" de Macron. Il ne reviendra pas sur l’ISF, donc tabou de ce fait ! Il préfère nettement la démocratie représentative à la démocratie participative et voici le RIC quasiment enterré. Sa propension à mépriser, tout en les spoliant (CSG et non revalorisation des pensions) les retraités maintenant « inactifs » ainsi soumis à la double-peine, laissant entendre subliminalement (clivant d’autant plus les Français) qu’ils n’auraient jamais rien fait après avoir pourtant cotisé pour leurs prédécesseurs et maintenant sommés de cotiser aussi pour leurs successeurs (les actifs), est une véritable honte. Autant dire qu’il est loin des revendications des "Gilets jaunes" et que si rien de plus concret (autres que les hausses des produits alimentaires - allez ! à la santé des agriculteurs à qui l'augmentation du Ricard va profiter ???-, de l’électricité, etc.) ne débouche à la fin de cette tentative "d’endormissement" des colères, la fin du mandat du « scarifié » s’annonce périlleuse. Scarification que je prends non pour médicale mais sociale : elle revêt une signification particulière, rituel de passage à l’âge adulte (il serait grand temps pour le Président) ou appartenance à un groupe restreint (de toute évidence, celui des financiers et des très riches).
Un sondage assez récent (voir image) nous le dit autoritaire : on l’a vu à l’œuvre dans sa première année de mandat. Arrogant aussi : inutile de revenir sur la multitude de ses phrases méprisantes et donc inutilement blessantes quand il se devrait, lui le Président de TOUS les Français, de maintenir, voire de consolider, la cohésion de TOUS ses concitoyens. Une recherche de stature de bonne facture d’homme d’Etat au début du quinquennat, hélas passagère, que son comportement – et les affaires - a rapidement écornée, finit par le conduire en bras de chemise devant une foule d’élus "encocardés" ou autres serfs, sujets et vassaux au cours de shows interminables… renversant, si je puis écrire, la charge de la preuve : au lieu de doléances et de propositions remontant vers le "Chateau", c’est au contraire, le ruissellement continu de la parole (très directive) présidentielle, ministérielle, "LREMesque", avec un objectif final au moins aussi opaque - pour l’instant - que le brouillard de "La Basse des Orges" ou la grisaille du "Grand Bois" maintes fois référencés en illustration de la "Météo des Vallées".
Le trouver dynamique : c’est la moindre des choses à 40 ans, me semble-t-il et le contraire serait affligeant s’il était déjà perçu comme un « roi fainéant » (cf. Chevènement puis Sarkozy à propos de Chirac). Mais, si non reconduit en 2022, il sera, pour le coup, un retraité nanti qui va nous couter cher longtemps !
Si courageux veut dire qu’il a réformé vite et bien (ou mal), on peut l’entendre mais pour le reste je ne trouve pas qu’il soit si courageux que cela. On pourrait citer ses petites trahisons (Hollande, notamment), sa venue à la rescousse – bien lointaine maintenant - de Benalla mais devant un parterre de groupies LREM surexcitées, son "tangage" coupable au début de la crise des "Gilets jaunes", ses déplacements fuyants et même piteux (Le Puy en Velay par exemple), loin du Peuple tenu à bonne distance, exagérément hautement sécurisés et outrancièrement coûteux, son "Grand Débat national" pour partie bunkérisé devant des édiles déférents (ce n’est pas un reproche) mais qui ne me semblent pas avoir bien lu la Lettre présidentielle coupant quelque part court (si, il y a des tabous et tous les sujets ne sont pas sur la table) précisément à un débat plus aux airs de campagne électorale (nationale, acte II) et européenne qu’à une véritables réponse aux premières aspirations des "Gilets jaunes" (les initiateurs de la révolte, pas les casseurs) en particulier et d’une grande partie du Peuple de France en général.
Débat tardif, trop long, assez inutile au regard des motivations initiales, alibi d’un Exécutif qui n’a – toujours - rien compris aux problèmes basiques non seulement des "Gilets jaunes" mais aussi de la majorité des Français (pouvoir d’achat, justice fiscale - attention, Darmanin nous en prépare encore une bonne avec les niches fiscales - et sociale), non terminé, non remonté, a fortiori non synthétisé, voila qu’on nous parle déjà d’un référendum, sorte de RIM (référendum d'initiative macronienne) couplé aux Européennes, preuve - à moins que çà ne soit qu’un ballon d’essai ou une fake news de plus - que, sans attendre la fin de ce "Grand Débat national", la pensée jupitérienne et complexe quant à son issue est largement bien arrêtée.
A mélanger des choux et des carottes, la potée va être indigeste. Reste à savoir pour qui.
(modifié le 06-02-2019)
jeannot88

L'auteur jeannot88 est l'auteur de ce message sur Les Voivres (Vosges) publié le mardi 05 février 2019 à 18h16.

Voir ses publications Signaler

Les commentaires

Vous devez être connecté
Application Facebook

Grâce à l'application Facebook de Loomji, partagez les plus belles photos de votre commune avec vos amis sur Facebook. Voir l'application

Avec Loomji.fr, suivez le quotidien de votre commune

X Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et optimiser l'affichage du site sur votre terminal.