Les stations de ski

Tour de France des plus belles stations de ski La suite

88240
Les Voivres
Actualité / Message

Pas sûr que « nous allions vers les beaux jours »

26 févr. 2019 Par jeannot88 7 réactions
(photo HAMILTON-POOL/SIPA)
J'espère que Bernard ne m'en voudra pas d'avoir emprunté le titre (en lui tordant le sens) d'un de ses derniers articles pour faire part de mon pessimisme, ce qui n'est pas très patriote mais comment faire autrement en constatant, au fil des jours et d'un quinquennat qui nous avait promis un « nouveau Monde », le délitement de notre beau Pays.
Comme les deux escargots de Prévert (dont la liste que je vais égrener – faute de mieux - rappellera aussi le nom) cités par notre webmaster de LesVoivres88240, je suis « très désappointé » ou plutôt « un peu déçu » comme le dirait le Premier Ministre Philippe, assez pitoyablement mais faussement imperméable aux conclusions - selon lui - « incompréhensibles » et « injustes » (21-02-2019) du rapport (accablant, il faut bien le relever http://www.senat.fr/rap/r18-324-1/r18-324-11.pdf) de la Commission d'enquête sénatoriale sur la gestion de l'affaire Benalla, parti se refaire une santé au Mali et tenter, mais on sait ce que cela a donné en Afghanistan par exemple, de « gagner les cœurs et les esprits » à travers un processus long, coûteux, voire rigoureusement impossible.
C’était couru d’avance et cousu de fil blanc avec Griveaux, monté bêtement au créneau (20-02-2019) et égratignant la Commission sans maitriser - comme souvent – ses dossiers ainsi que Belloubet, ramant comme ce n’est pas possible pour tenter de démontrer un éventuel empiètement de ladite Commission sur le judiciaire, il fallait bien s’attendre à ce que la publication de ce rapport enflamme les esprits.
Pour ce qui me concerne, je me réjouis que la Commission du Sénat ait pu faire son travail (contrairement à celle de l’Assemblée nationale, honteusement et servilement sabordée par sa Présidente) et je ne saurais trop recommander à ceux qui préconisent son élimination ou la diminution (tout comme pour l’Assemblée nationale) du nombre de ses membres, la plus grande prudence car qui nous représentera significativement, qui jouera le rôle de contre-pouvoir ?
De même, je ne saurais être d’accord avec Dupond-Moretti - aussi réputé soit-il – quand dans un effet de manches il prétend : « Mediapart est un blanchisseur d'informations sales. » (22-02-2019). Justement, cela fait un peu de bien quand la Presse (comme "Mediapart", site d’informations que « seuls ses lecteurs peuvent acheter » mais aussi "Le Monde", par exemple), permet de démasquer quelques turpitudes et autres manquements invraisemblables que le Pouvoir autoritaire en place voudrait enterrer.
Il est loin le temps du « Qu’ils viennent me chercher ! » de Macron (24/07/2018). Je peux comprendre que la demande de saisie du Parquet pour Benalla, l’inséparable "accompagnateur" des voyages officiels comme privés (si tant est qu’un Président de la République puisse encore avoir un domaine privé) comme une ballade en vélo au Touquet, son comparse Crase et la mise en cause des témoignages de trois hauts responsables au palais présidentiel – Strzoda, Kohler et Lavergne – les soupçonnant d'« omissions, incohérences et contradictions », puissent contrarier au plus haut point Jupiter, sorte d’arroseur arrosé, et toute la "Macronie". Mais pendant ce temps-là, la France souffre.
Un Macron, s’attaquant au "Guinness book" en « tâtant le cul des vaches » pendant plus de 14 heures et caressant dans le sens du poil des agriculteurs charmés pour les uns, dubitatifs pour d’autres, tout en pensant manifestement, non seulement en se rasant chaque matin mais aussi au Salon de l’Agriculture, à embellir son profil européen mais qui ferait bien de tenir "rênes courtes" ses troupes (il est vrai qu'elles ont de qui tenir) pas avares de déclarations aussi imbéciles qu'inappropriées.
Car scandaleux évidemment – bien qu’elle se soit excusée depuis - reste ce douteux amalgame de Schiappa, la Secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, toujours prête à nous faire des leçons de morale, imaginant assez cavalièrement une « convergence idéologique » existant entre "la Manif pour Tous" et les terroristes islamistes. (21-02-2019)
Atterrant également (« Alors les enfants, maintenant, on va voir comment réduire une manifestation à coup de LBD » a commenté un twittos) ce passage "Au tableau" du très pédagogique (???) Castaner faisant une leçon d’anatomie (21-02-2019) sur le bon usage du LBD. On ne m’enlèvera cependant pas de l’idée que, interdiction ou pas de tirer dans telle ou telle partie du corps, il faut intentionnellement - et probablement sur ordre - viser très précisément pour infliger de telles blessures (à l’œil, notamment). On voudrait attiser la violence qu'on ne s'y prendrait pas autrement !
Même si çà ne relève pas du tout du même domaine mais puisque je viens de parler d’enfants, est-ce pire que ce Pape (avec le n° 3 du Vatican, Pell pour le citer et cardinal de son état, mis en cause) plus ou moins contraint d’organiser une « rencontre pour la protection des mineurs dans l’Église » et dont on ne voit pas bien (au gré de certaines interviews, notamment de l’épiscopat français) comment des actes concrets – plutôt que des paroles - pourraient éradiquer ce fléau. Plutôt que la main de Satan, c’est la main de l’homme qu’il faudrait dénoncer et châtier.
Puisque nous sommes dans le religieux, j’en profite aussi pour condamner l’antisémitisme (voire l’antisionisme, puisque, à entendre des personnes bien informées ce serait sensiblement la même chose) et dire que je suis sidéré par ce retour - si on n’y prend garde – aux années noires du nazisme qu’on espérait, non pas oubliées, mais ne jamais plus revoir.
Décevante cette « erreur » de Wargon, la Secrétaire d'Etat à la Transition écologique (qui a déclaré depuis vouloir payer l’amende… il faudrait vérifier) peu exemplaire, flashée à 150 km/h sur l'autoroute A1 alors que la vitesse était limitée à 110 km/h en raison d'un pic de pollution, à 40 km/h au-dessus de la vitesse maximale autorisée précisément lors d'un pic de pollution. (22-02-2019). Peinant toutefois à reconnaitre, même du bout des lèvres, sa responsabilité (elle s'est dépêchée d'avancer que ce n'était pas elle qui conduisait), elle laisse planer dans une argumentation vaseuse une possible ignorance que, pic de pollution ou pas, la vitesse sur autoroute est limitée, au maximum, à 130 km/h.
Pas fute-fute non plus, à l’heure du "Grand Débet national" et de la reconquête des élus locaux, cette phrase présidentielle : « On est dans un drôle de système tout de même où chaque jour dans le pays, on dit corps intermédiaires, démocratie territoriale, démocratie sociale, laissez-nous faire et quand on donne la main, on dit pardon Monsieur, c'est dur, reprenez-la » (Macron 23-02-2019). A moins que çà ne soit froidement intentionnel pour persister à discriminer et ainsi mieux les juguler les Corps intermédiaires dont on perçoit bien les effets (échec des négociations entre syndicats et patronat sur la réforme de l’assurance-chômage).
Etonnants aussi ces ballons d’essais (?) de Darmanin le Ministre de l'Action et des Comptes publics (niches fiscales), de de Rugy le Ministre de la Transition écologique (taxe carbone), Gouraud la Ministre de la Cohésion des territoires (impôt sur le revenu universel) qui n’annoncent rien de bon quant à savoir de qui on fera les poches pour que le train de vie de l’Etat ne subisse surtout pas de diminution et que les riches soient toujours plus riches.
Je terminerai par ce granguignolesque "crépage de chignons" pour cause de manque de considération des élus (encore !) entre la rouée Aubry, ressuscitée en deux temps trois mouvements dans sa bonne ville de Lille et peut-être sur le plan national, face à deux ministres quelque peu interloquées : Belloubet (qui reprend du poil de la bête) et Buzyn (profil bas pour le moment).
Ah ! J’allais oublier de noter que les larmes de Juppé, « le meilleur d’entre-nous » ont sans doute fait pleurer dans quelques chaumières. Bon, et c'est en cela qu'il devient un Sage, un pantouflage (dont il va être redevable à Ferrand… et à la ridicule audition par les députés, qui ont validé sa nomination sans coup férir) de 9 ans au Conseil constitutionnel à 14 000 € par mois (sans compter ses diverses autres retraites) qui efface par la même occasion casseroles, condamnation et inéligibilité, vaut bien un adieu "ému" mais assez hypocrite à, je le cite : « Bordeaux la belle ».
Autrement dit, dans tout cela, faites comme je dis mais pas comme je fais. Au bout du bout de tout ce temps, gagné pour les uns, perdu pour les autres, qui n’en finit pas, au moment où ce 26 février, des représentants des maires, maires ruraux et chefs-lieux de canton seraient invités à l’Élysée… sans caméras et qu'à partir de cahiers de doléances " (l’AMRF en étant à l’initiative et pour laquelle je me réjouis que, selon Michel Fournier, le maire des Voivres : « 150 communes ont participé ». Sur 510, cela porte la participation vosgienne à près de 30 %, soit un record régional de mobilisation) perfidement transformés en "Grand Débat national" qui dev(r)aient remonter au plus haut niveau de l’Etat, je constate que Macron et sa Cour auront bien abimé la France, décrédibilisé les vrais "Gilets jaunes", continué à discréditer les syndicats, occupé exagérément l’espace médiatique, lancé les Européennes SANS que le "bon peuple", pour partie taillable et corvéable à merci, manipulé qu’il est par des dirigeants injustes, ne sache pas sur quoi tout ce "big bazar" va véritablement déboucher.
Rendez-vous à la restitution de ce "Grand Débat national" par un Macron qui aurait, nous dit-on, repris des couleurs. Ce sera la surprise…. mais je suis d'ores et déjà prêt à parier que, nous aussi, nous serons « déçus » !
jeannot88

L'auteur jeannot88 est l'auteur de ce message sur Les Voivres (Vosges) publié le mardi 26 février 2019 à 11h27.

Voir ses publications Signaler

Les commentaires (7)

Vous devez être connecté
27 févr. 2019 19h21
Evelyne, de Esprels (70)

Nous avons les mêmes références, texte relayé par le snuipp70 et transmis dans nos boîtes mail ^^
Je vais être bannie

27 févr. 2019 17h46

J'avais lu cela, par hasard et en diagonale, tout récemment : http://50.snuipp.fr/spip.php?article3000
Il est est heureux, chère Evelyne, que la loi ne soit pas encore encore en application, sinon vous pourriez être remise au pas pour manquement au devoir de réserve et votre critique individuelle des institutions...

27 févr. 2019 16h53
Evelyne, de Esprels (70)

On cause éducation et son futur ou pas?
La loi Banquer est passée à l’Assemblée Nationale pendant les vacances (ça devient une coutume). Et là, miracle, on apprend que les élèves seront meilleurs, si les drapeaux national et européen et les paroles de la Marseillaise seront fixés sur les murs des classes, devant leurs yeux, dans l’espace dédié aux affcichages « mémo » des leçons du moment.
Il est question que les enseignants devront considérer qu’ils ont maintenant un devoir de réserve, et ne peuvent critiquer individuellement les institutions.
Le Conseil de l’Evaluation de l’Ecole, aux ordres du ministère, risque d’imposer des méthodes pédagogiques telles qu’une concurrence entre les établissements se mettra en place. Encore plus qu’actuellement.
La scolarisation obligatoire des enfants de 3 ans entrera en vigueur dès septembre 2019. De ce fait, les communes seront dans l’obligation de financer les écoles maternelles de l’école privée.
La formation des enseignants se fera en économisant et en exploitant les étudiants. Facile de comprendre que ceux-ci sont de moins en moins nombreux à candidater pour nos métiers...
Mais ce qui paraît le plus important à mettre en place aux yeux du ministère c’est la création des « établissement des savoirs fondamentaux » ou écoles du socle qui rattachera les écoles du 1er degré à un collège avec des classes de CM1-CM2 qui pourraient déménager dans les locaux du collège, partageant les salles de cours avec des ado de 3ème, que les professeurs des écoles pourraient donner des cours à des classes de CM2_6ème mais bien sûr, sans pour autant passer à 18 heures de cours. Cette réforme verrait alors les directeurs des écoles devenir des adjoints.
Et puis, le nombre des AESH (accompagnant des élèves en situation de handicap) va se voir diminué ce qui aura pour impact de défavoriser la scolarisation des élèves en difficulté quelque soit son origine, sa cause.
Dans ce même contexte, la loi prévoit plus de souplesse pour les expérimentations, notamment celles proposées par des associations comme Agir pour l’école, chère au cœur de notre ministre. D’où de plus grandes inégalités combinées aux diminutions de poste d’enseignants.
On se met au pas ? Garde à vous !!

Charger la suite
Application Facebook

Grâce à l'application Facebook de Loomji, partagez les plus belles photos de votre commune avec vos amis sur Facebook. Voir l'application

Avec Loomji.fr, suivez le quotidien de votre commune

X Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et optimiser l'affichage du site sur votre terminal.