Les parcs d'attraction

Tour de France des plus grands parcs d'attraction La suite

88240
Les Voivres
Actualité / Message

Sédition, c’est la faute à Macron

18 mars 2019 Par jeannot88 Réagir
(photo d'illustration :un "gilet jaune", muni d'un masque à l'effigie d'Emmanuel Macron, sur les Champs-Élysées lors de l'acte 18 Crédits : Zakaria ABDELKAFI / AFP | Date : 17/03/2019)
Avec la polémique interminable du LBD (Lanceur de Balle de Défense) puis la non moins polémique de la BDN (Boite De Nuit) gageons qu’au soir de ce nouveau samedi de violences aussi insupportables qu’intolérables, le premier flic de France (du fait jupitérien, mais à l'aptitude fortement mise en cause) n’est pas allé se fourvoyer une nouvelle fois dans ce type d’établissement… même pour siffler (dans tous les sens du terme) la fin de cette 18ème partie.
Mais qu’ont donc nos élites (?) dans leur cerveau (mal) formaté et qui, en vertu d’un pouvoir absolu qu’elles s’arrogent, croient être en mesure de tout s’autoriser, pour ne pas comprendre que Président, ministres et autres autorités diverses et variées, ne peuvent prétendre faire un distinguo entre vie privée et vie publique.
A ce niveau-là, avec l’abondante information instantanée (certes volée parfois quoique … en s’exhibant ainsi comme Castaner, il y a de fortes probabilités que fuitent les photos du moindre I ou Smart-Phone), déversée en continu par les médias, la quête du moindre scoop, etc., il est clair que vies privée et publique sont étroitement imbriquées. Prétendre le contraire, comme tente de le faire "l’inconscient" Ministre de l’Intérieur (pour combien de temps ?) : « Il s’agit de ma vie privée et de ma famille, qui peut être respectée. » serait vain. Accessoirement et sans jouer au "Père la pudeur", je trouve, mais ceci reste valable pour tous ces donneurs de leçon, qu’il aurait pu, plutôt que de nous faire précisément une sorte de leçon de morale, s’épargner de parler de sa famille qu’il devrait - très certainement - être le premier à respecter.
Sans compter qu’en cette période difficile pour beaucoup, il conviendrait de savoir s’il est bien raisonnable que l’argent de nos taxes et impôts serve - même si ce n‘est qu’une goutte d’eau dans ce tonneau des Danaïdes du train de vie de l’Etat – à payer la sécurité de ses pérégrinations de noctambule.
Castaner « invité » (9 mars dernier) en boite et manquant probablement de temps pour revoir (à la demande d’ophtalmologues, du Défenseur des Droits, du Conseil de l’Europe, de l’ONU) enfin la Doctrine du Maintien de l’Ordre, Champs Élysées défigurés, enseignes saccagées, magasins pillés, immeuble et commerces incendiés, kiosques brûlés, "Le Fouquet's" vandalisé, gendarmes dépassés, etc. PARIS BRULE-T-IL ? Pas encore mais dans certains quartiers on pourrait le croire.
Et Macron dans tout ce "Grand Désordre national" ? Tiré brusquement de son séjour ressourçant (mais imprudent voir irresponsable dans le contexte d'une journée annoncée comme un ultimatum) à la montagne après une tournée de trois jours en Afrique de l'Est, toujours aussi mal conseillé en Com’, le voilà contraint et forcé de déclarer en réunion de crise un insuffisant : « Je veux qu'on analyse les choses, et que, dans les meilleurs délais, on puisse prendre des décisions fortes, complémentaires, pour que cela n'advienne plus », ajoutant un énigmatique et menaçant « nous n’y sommes pas ».
Est-ce que, par hasard, il n’aurait pas eu le temps, depuis le 17 novembre et plutôt que, après les avoir ignorés, de décrédibiliser les "Gilets jaunes", de gagner du temps jusqu’à on ne sait pas très bien quand, d’analyser les choses ?
Certes, nos gouvernants condamnent fermement, comme beaucoup d’entre-nous d’ailleurs, ces actes inacceptables mais en laissant faire depuis 4 mois, ne les encouragent-ils pas ? Et de ce fait, plutôt que d’accuser les uns et les autres, ne sont-ils pas, eux aussi, complices, ainsi que certains l'ont aventureusement prétendu... comme pour s’exonérer de leur légèreté?
La question mérite d’être posée. Après cet Acte XVIII, à croire que nos dirigeants se complaisent, à laisser filer le temps depuis 18 longues semaines, sans doute dans le but d’en gagner et surtout de décrédibiliser, en le chargeant et donc le culpabilisant de tous les maux survenus depuis, un mouvement inédit qui est – heureusement - venu briser leur gouvernance hautaine et extrêmement injuste.
Plutôt que d’amalgamer assez lamentablement "Gilets jaunes" des ronds-points (ceux que je qualifie parfois de canal historique) avec black-blocs et autres casseurs, d’appeler à une dignité nécessaire mais dont ils ne font pas forcément preuve pour eux-mêmes (le « faites ce que je dis mais pas ce que je fais » n'a jamais été aussi d'actualité) et à une unité nationale qu’ils ont honteusement mise à mal en clivant et dressant les Français entre eux, ils feraient mieux de passer urgemment à un profond examen de conscience, de prendre - en en attendant d’autres plus abouties à moyen et long terme - des mesures immédiates (et pas que des "amuse-gueules") parmi celles demandées au début du mouvement et de stopper ce calendrier devenu désespérément habituel de violences inadmissibles.
En réalité, ce sont eux, ces politiciens hautains, hors-sol, injustes, démesurément arrogants, déconnectés des réalités de terrain, qui ont abimé la République depuis la suppression immédiate de l’ISF (quelle célérité !), la mise à l’écart des ruralités et de leurs maires, des syndicats, des Corps intermédiaires, l’embrouille de l’affaire Benalla étonnamment protégé par un Macron fanfaronnant devant ses troupes un soir de juillet 2018, la distillation aussi méprisante qu’insidieuse des petites phrases de la Présidence et de sa Cour, le favoritisme patent à l’égard des plus riches, le matraquage fiscal outrancier des classes moyennes et des retraités, le dédain des "Gilets jaunes" puis la coupable inertie à ne pas véritablement traiter leurs problèmes, la « carabistouille » encore une fois d’un gain de temps en créant un "Grand Débat national" plus ou moins bidouillé (après Jouano démissionnaire de cette mission mais pas de sa présidence de la CNDP, ses garants commencent à s’émouvoir des « interférences gouvernementales ») pour probablement en repousser la restitution puis les décisions à prendre. Jusqu’où ? Aux "calendes européennes" puis aux vacances d'été, pourquoi pas à la rentrée ou encore à la fin du quinquennat, voire après ?
Pour se sortir de ce chaos dans le Pays, le quasi inamovible - sauf démission - Macron (bien que n’étant pas exempt de tout reproche, loin s’en faut) ferait bien de se tourner vers l’Ancien Monde où, comme en 1985 (27 septembre), un certain général Schmitt voulait « verrouiller » son Service (il s’agissait de la DGSE complètement enlisée dans l’affaire du "Rainbow Warrior") et « couper les branches pourries ».
Et dans l’entourage présidentiel, il y en a ! A commencer par son équipe de Com’ clairement incompétente, quelques ministres et secrétaires d’État tout autant inaptes, des conseillers - au grand jour comme occultes -, peut-être un Président de l’Assemblée nationale et sûrement des députés en manque de célébrité et abreuvant stupidement de leurs inepties les plateaux TV et les studios radio.
A se demander si autour de lui, il n’y aurait pas justement, comme il (et peut-être devrait-il battre sa coulpe) l’a dénoncé : « ceux qui excusent ou qui encouragent ces actes inacceptables et qui s’en rendent complices », quelque peu exagérément comme le soulignait, après coup, une manifestante pacifique.
Restitution puis (bonnes, ce serait mieux) décisions prises mais, hélas, vraisemblablement assez éloignées des revendications initiales pour lesquelles on prend, d'ores et déjà, bien soin malheureusement de nous prévenir que cela ne va pas aboutir à des effets immédiats mais nécessairement prendre du temps.
Par ailleurs, de l’aperçu actuel de ce "Grand Débat national," prévient Isabelle Falque-Pierrotin, l'une des cinq garants du grand débat et ancienne présidente de la CNIL, on ne peut pas - hormis l’excessive implication de l’Exécutif - en tirer « quelque chose comme le "top 10" des sujets retenus par les Français. », ce qui risque évidemment de conduire à plus de mécontentement que de satisfaction.
Avec Macron et son entourage qui, à l’évidence, n'ont toujours pas pris la mesure de la situation générale, jouant sans doute impunément, à la suite du "Grand Débat national", d'un temps qu'ils ne maitrisent plus, je crains que les « quelques dizaines d'assassins » (Castaner à qui Hamon demandait « un peu de tenue » tout récemment) dénoncés - avec le sens de la nuance qu’on lui connait (ainsi qu'à certains de ses collègues) pour mieux jeter de l’huile sur le feu - viennent menacer l’État encore pour un bon moment.
► Morale de l'histoire : Castaner « enchaîne alors les shots de vodka » (le 9 mars, ont souligné quelques médias) mais le Préfet de Police de Paris (dont on se demandait comment il avait pu sauver sa tête après son audition dans le feuilleton Benalla) trinque la semaine suivante.
Il est remplacé par un préfet à poigne (?), Didier Lallement « le violent qui a échoué en Gironde ! » (je cite Mélenchon) qui, pour avoir un nom à la même prononciation que notre fameux étang Lallemand bien connu de Les Voivres, n'en a ni la même orthographe et sûrement pas la même douceur et "tranquillité".
(modifié le 19-03-2019)
jeannot88

L'auteur jeannot88 est l'auteur de ce message sur Les Voivres (Vosges) publié le lundi 18 mars 2019 à 18h20.

Voir ses publications Signaler

Les commentaires

Vous devez être connecté
Application Facebook

Grâce à l'application Facebook de Loomji, partagez les plus belles photos de votre commune avec vos amis sur Facebook. Voir l'application

Avec Loomji.fr, suivez le quotidien de votre commune

X Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et optimiser l'affichage du site sur votre terminal.