Les parcs d'attraction

Tour de France des plus grands parcs d'attraction La suite

88240
Les Voivres
Actualité / Message

« Savoir d'où on vient pour savoir où on va »

28 juin 2019 Par jeannot88 Réagir
A lire la presse quotidienne, il y a de quoi passer par des hauts et des bas pour ce qui concerne cette période de la Seconde Guerre mondiale qui ne cesse d’interpeller.
D’un côté, un sentiment de satisfaction pour ceux, comme dans ces 2 articles de presse que je mets en exergue, qui ont le bonheur d’aboutir dans leurs recherches, de découvrir une parcelle de l’histoire de ces combattants (de France ou d’ailleurs) qui ont tout donné - y compris leur vie – pour défendre des valeurs qui nous sont chères mais souvent nous dépassent, de retrouver quelquefois leurs familles, de pouvoir les accueillir sur les lieux-mêmes où ont péri leurs chers ancêtres et parents, de mesurer l’émotion qu’ils ont fait surgir en "ressuscitant" des noms sinon complètement oubliés mais plus ou moins estompés par le temps qui passe.
D’un autre côté, le découragement - heureusement passager - devant la crainte, pour les lecteurs, d’une "overdose" de Devoir de Mémoire et d’Histoire, les difficultés de convaincre tel ou tel du bien-fondé de la démarche, l’attente espérée d’incertaines réponses (les requêtes ont-elles été bien formulées ?) qui mettent un temps fou à venir, les recherches fastidieuses et souvent vaines, les relances obligatoires et toujours dans le même sens, la "glorieuse" incertitude d’une participation que l’on ne connaitra sans doute, dans le meilleur des cas, qu’à moins d’un mois de la manifestation, la complexité de l’organisation due à l’éloignement, etc.
Et pourtant, les deux articles que je mets en "Images" me confortent dans l’impérieuse nécessité de poursuivre cet objectif de rendre hommage à ces morts sur la terre des Voivres, tués dans "l’anonymat" de la « Débâcle ». On le doit aussi à leurs familles cruellement touchées à l'époque. Une telle cérémonie, même 80 ans après sur le sol où ils sont tombés, ne peut que souligner la signification de leur sacrifice et porter haut le sens des valeurs qui les animait. On le doit à nous-mêmes qui tentons modestement de "percer" un peu plus l’histoire d’un petit village vosgien traversé un moment par la furie de « forces mécaniques, terrestres et aériennes de l’ennemi » (Ch. De Gaulle). On le doit enfin aux générations futures pour qu’elles sachent et transmettent que des hommes extrêmement courageux, aux vertus particulièrement élevées, ont refusé la défaite, devenant ainsi - sans le savoir et sans que cela soit alors véritablement reconnu - les premiers Résistants, pionniers malheureux mais victimes exemplaires d’une reconquête de la Liberté.
► Au moment où "je mets sous presse", j’apprends par lesvoivres88240 que la fresque peinte dans le porche de l'église Saint-Rémi est terminée.
Il me faudra attendre octobre prochain pour l’admirer mais les photos accompagnant plusieurs articles permettent d’avoir un bel aperçu de cette œuvre.
Mesdames Monique Ferry et Muriel Fransot ont réalisé là un magnifique projet.
Du coup, mon esprit vagabonde et je me dis (même si cela n’a peut-être pas grand-chose à voir… quoique ) : quitte à rêver « de faire sur le mur opposé une autre fresque encore plus grandiose, encore plus belle qui emportera les visiteurs et les fidèles encore plus loin.», pourquoi n’imagineraient-elles pas - comme pour certains vitraux d’églises et de cathédrales où sont "incorporés", par exemple, dans des compositions de verre et de plomb, des soldats, des guerriers, des résistants, des déportés, des combattants - de symboliser, quelque part dans cette hypothétique seconde fresque, "Ceux de 14-18" aux noms gravés sur le monument aux morts des Voivres et peut-être aussi ces "Sept du R.A.C.L.H." ?
Partis de Lorient dès septembre 1939, après de nombreux faits d'armes dans la région de Thionville puis de Vouziers et sur l'Aisne, au terme d'un repli en ordre de combat de plus de 300 kilomètres, ces derniers ont fini par donner leur vie au long de la Grand’Rue du village et aux abords immédiats de cette église qui n'a malheureusement pas suffi à les protéger à l'époque mais qui accueillera leurs noms sur sa façade dans moins d'un an maintenant.
Réunis dans la cour de l’Église sur un monument et sur une plaque commémorative, ces braves des Deux Guerres sont enracinés dans l'Histoire de Les Voivres. C'est utile de le savoir, de s'en souvenir toujours et de se rappeler leur sacrifice pour notre Liberté... au cas où.
Alors, ces fresques ? Chiche ? Après l’inauguration de la première, à quand celle de la seconde ?
jeannot88

L'auteur jeannot88 est l'auteur de ce message sur Les Voivres (Vosges) publié le vendredi 28 juin 2019 à 10h15.

Voir ses publications Signaler

Les commentaires

Vous devez être connecté
Application Facebook

Grâce à l'application Facebook de Loomji, partagez les plus belles photos de votre commune avec vos amis sur Facebook. Voir l'application

Avec Loomji.fr, suivez le quotidien de votre commune

X Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et optimiser l'affichage du site sur votre terminal.