Festival d'Angoulême

Découvrez le festival de la bande dessinée d'Angoulême La suite

88240
Les Voivres
Actualité / Message

Solidarité nationale

30 déc. 2017 Par jeannot88 Réagir
Que ce soit à Les Voivres, La Flèche ou encore dans tout le Pays, les Retraités, mal aimés, culpabilisés, montrés du doigt par la caste gouvernementale et des Parlementaires à ses ordres, « fainéants » sans doute parce qu’ils ne travaillent plus, « nantis » parce que supposés grassement "patrimoinisés", vont connaître dans 2 jours, avec le coup (coût) de la CSG compensée - promis, juré - sur 3 ans, les bienfaits de la « solidarité nationale ». On sait ce qu'il en est des promesses...
Ainsi, avec une retraite - sauf à subvenir à la gabegie du train de vie "éléphantesque" de l’État - probablement imméritée selon les uns et, en tout cas, stigmatisée et suffisamment importante (on croit rêver, non cauchemarder, pour beaucoup de nos ci-devant nantis) au regard des têtes pensantes et pour la plupart énarquiennes des autres, pour être amputée de la sorte, ils supporteront à eux seuls le fardeau de l’impéritie "responsable mais pas coupable" (on connait aussi le refrain) de nos dirigeants successifs.
Ce n'est pas tant contribuer à l'effort général qui me hérisse que savoir que les errements habituels vont très probablement persister, à la faveur d'une transparence tellement vantée qu'elle en parait suspecte.
Les nouveaux députés de la majorité qui ont « bien travaillé pour le Budget 2018 », selon l'obséquieux Castaner, mais qui se plaignent (pour certains) de fatigue et de ne gagner que 5 200 € - et les "petits" avantages qui vont avec mais dont ils ne parlent pas - ne se sont pas sentis gênés (honte à eux) de fixer aux environs de 1 200 € l'extraordinaire richesse de ceux qui, selon un argument bien connu puisque ressassé à l'envi, vont pourrir l'avenir de leurs enfants, petits-enfants et, pourquoi pas, celui de toutes les générations à venir. Une bonne dose de démagogie. Imparable et surtout facile !
Un effort national, OUI MAIS JUSTE, autrement dit pour tout le monde en fonction des revenus de chacun. Ce n'est pas le cas et je me demande encore pourquoi, une seule catégorie de citoyens est ainsi "désignée à la vindicte populaire". A mon sens, ce n'est ni légal ni moral. Il est vrai que ces citoyens-là ne vont pas spontanément dans la rue comme pourraient le faire les syndicats (quoique faisant peine à voir tant ils sont désunis et laminés) ou des étudiants en colère plus faciles à y entrainer.
La France, certes, doit se montrer à la hauteur de son rang qui, entre parenthèses, ne fait que reculer dans beaucoup de domaines, mais à voir les fastes étatiques et les frasques de ceux qui sont à sa tête, il est indéniable que d'importantes et dès lors convaincantes autant que substantielles économies dans un train de vie qui mériterait à lui seul une profonde refonte, pourraient être réalisées avant de s'attaquer à ceux qui - quoi que leurs insolents détracteurs prétendent - ont contribué à la reconstruction d'après-guerre, à l'essor du Pays et, malgré tout, à la richesse nationale. Est-ce avoir péché ? A entendre les discours, subir les mots blessants et inutiles sous prétexte de langage de vérité et de contact direct, on pourrait le croire.
Mais alors « assumer », par exemple, avec de l'argent public (des contribuables et à fortiori celui des retraités) comme l'a affirmé et tenté de justifier à coups d'explications aussi tordues qu'inexactes, un certain Premier Ministre "droit dans ses gants de boxe", suffirait-il à des excuses (qu'il n'a, du haut de ses vaniteuses certitudes, évidemment pas présentées) pour une addition salée de 350 000 € ? De sa décision insensée, et là c'est avoir péché, a-t-il eu des comptes à rendre ? Apparemment non ou Dieu (comprendre Jupiter) seul le sait !
On sent bien là qu'on ne vit pas dans le même monde. La suffisance hautaine de ces politiques "politiciens", virant aisément de bord dans le marigot des partis, imbus de leur autorité et grisés de leur puissance, prompts à écraser de leur volonté malveillante « ceux qui ne sont rien », prêts à trahir père et mère et, à plus forte raison, souvent leurs électeurs, n'a d'égal que leur ambition personnelle démesurée. Ne nous y trompons pas, ceux-là même qui dénigrent, parfois à juste titre, « le vieux monde » vont s'y complaire et s'y vautrer.
Vu leur âge relativement jeune, nous allons les avoir pour longtemps !
Pour revenir aux retraités, il est en effet plus facile à des dirigeants parvenus au sommet du pouvoir, et ils n'en ont pas honte, d'accabler les petits, retraités tout autant que collectivités locales et rurales, plutôt que le monde (et le mode) outrageusement profiteur de la finance qui, s'il ne leur est pas ou peu familier au départ, ne tarde pas à le devenir en raison de leur propension exorbitante à s'y intégrer.
Dès lors, on comprend mieux qu'il n'y a pas de petits bénéfices et que taxer dès 1200 € ceux qui "ne feront pas de vagues", peut toujours servir à effacer une "connerie" (je ne trouve pas d'autre mot ) à 350 000 € et toutes celles qui ne manqueront pas de venir.
Mais qui donc prétendait : « Il vaut mieux une injustice qu'un désordre » ? « Ich will lieber eine Ungerechtigkeit begehen, als Unordnung ertragen. » C'est Goethe dans le texte.
Je crois, malheureusement, que nous aurons les deux.
jeannot88

L'auteur jeannot88 est l'auteur de ce message sur Les Voivres (Vosges) publié le samedi 30 décembre 2017 à 09h52.

Voir ses publications Signaler

Les commentaires

Vous devez être connecté
Application Facebook

Grâce à l'application Facebook de Loomji, partagez les plus belles photos de votre commune avec vos amis sur Facebook. Voir l'application

Avec Loomji.fr, suivez le quotidien de votre commune

X Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et optimiser l'affichage du site sur votre terminal.