Les stations de ski

Tour de France des plus belles stations de ski La suite

88240
Les Voivres
Actualité / Message

Spectacle assuré

23 janv. 2021 Par jeannot88 1 réaction
(photos : voir légende de chacune)
De l’église et du clocher des Voivres, on en connait un peu l’histoire racontée notamment :
- dans une petite brochure de Marie Houillon
https://www.fichier-pdf.fr/2017/04/11/clocher/
- ainsi que dans le blog des Voivres
https://lesvoivres88240.over-blog.com/2014/11/sorties-de-messe-suite.html
puis https://lesvoivres88240.over-blog.com/2015/02/refection-du-clocher-de-les-voivres.html
Comme on me dit souvent qu'il faut comparer ce qui est comparable, je n''ai évidemment pas l'intention de vous narrer celle de l’Église Saint-Louis du Prytanée National Militaire. J'en laisse le privilège à un camarade, Jean-Claude Ménard qui, comme moi, a pas mal usé ses semelles dans l'Etablissement et ses dépendances :
http://art-et-histoire-pays-de-fougeres.e-monsite.com/pages/visites/l-eglise-saint-louis-prytanee-national-de-la-fleche.html
Je m’attarderai donc, plus simplement, en m'aidant d'un article du "Maine Libre" paru sous la plume de Jean-Christophe Coudert, sur la remise en place d'une partie de son campanile.
► La Flèche : l’église Saint-Louis du Prytanée retrouve une partie de son clocher
Restauré dans les ateliers Perrault, le campanile de l’église Saint-Louis du Prytanée trône à nouveau dans le ciel fléchois. La repose, après restauration, s’est faite vendredi 22 janvier 2021. Pour l’heure, c’est le fût qui a retrouvé sa place. Le clocheton qui le surplombe sera réinstallé quelques semaines après.
[ Sur le parking de la rue du Collège, au pied de l’église Saint-Louis, ils sont quelques curieux ce vendredi 22 janvier matin, appareil photo ou smartphone en main, à ne rien manquer de l’événement. Le spectacle qui s’offre aux badauds n’est pas courant. Sous leurs yeux, une structure en bois de 6,5 tonnes, haute d’environ 8 mètres, s’élève lentement dans les airs, jusqu’à plus de 50 mètres. Le campanile de l’église est en passe de retrouver sa place.
Le fût du clocher est arrivé en convoi exceptionnel. La pièce pèse près de 6,5 tonnes et mesure environ 8 mètres de haut. | LE MAINE LIBRE
« Une fenêtre météo »
L’opération avait été programmée une première fois quelques jours auparavant. Mais les conditions météorologiques avaient entraîné un report du grutage. On a une fenêtre météo ce vendredi matin, explique Anne-Marie Chepeau-Malhaire, ingénieur du patrimoine à la Direction régionale des affaires culturelles des Pays de la Loire. Cela s’est décidé hier soir (jeudi, NDLR).
La repose de ce que l’on appelle le fût ne devait pas prendre plus de la matinée : On attend des vents forts cet après-midi. Commencée vers 9 heures, elle s’est achevée peu avant midi. Le « clochal », comme l’appellent les anciens du Prytanée, a retrouvé son socle en un peu plus de deux heures et demie, non sans avoir été béni au préalable par l’aumônier de ce lycée de la Défense qui prépare les élèves aux concours d’écoles d’officiers.
Derniers ajustements sur l’extrémité de la grue avant d’y fixer le fût du campanile. | LE MAINE LIBRE
Un travail essentiellement en atelier
La rue du Collège ainsi que la rue Henri-IV ont été fermées à la circulation le temps que le campanile prenne son envol et retrouve sa place. La pièce avait été acheminée par convoi exceptionnel depuis les ateliers Perrault, situés à Mauges-sur-Loire (Maine-et-Loire).
C’est là que le fût a été restauré. Il avait été démonté en mars 2017. Le travail s’est fait essentiellement en atelier, explique Jean-Baptiste Bonhoure, directeur général des ateliers Perrault. Nos hommes ont travaillé en lien avec l’architecte, la Drac, pour garder le maximum de bois existant. Ils ont suivi le projet de A à Z, pour voir quelles pièces ils allaient garder, dessiner l’épure au sol, façonner et ensuite remonter.
La repose du clocheton repoussée
Cette restauration du campanile de l’église Saint-Louis est menée dans le cadre du protocole Culture – Défense, rappelle Anne-Marie Chepeau-Malhaire. Le financement est assuré à 100 % par l’État, à hauteur de 770 000 €, et la maîtrise d’ouvrage est assurée par la Drac.
L’aumônier du Prytanée national militaire a béni le clocher avant qu’il ne s’envole vers son socle. | LE MAINE LIBRE
Ce grutage n’est que la première étape du remontage, ajoute l’ingénieur du patrimoine. Il manquera une pièce pour couronner le tout : le clocheton. Sa réinstallation aurait dû se faire le 27 janvier. Mais là aussi, les conditions météorologiques sont trop changeantes. La repose devrait intervenir en mars, au plus tard début avril.
Le fût est redressé avant d’être fixé par des sangles à la grue. | LE MAINE LIBRE
Ce changement dans le planning a entraîné une adaptation du protocole de restauration. Le fût et la coupole vont devoir être mis hors d’eau avec des ardoises, le temps que le clocheton reprenne sa place. ]
("Le Maine Libre" Jean-Christophe COUDERC)
Le fût du campanile s’élève lentement pour rejoindre son socle. | LE MAINE LIBRE
Publié le 23/01/2021 à 07h48
jeannot88

L'auteur jeannot88 est l'auteur de ce message sur Les Voivres (Vosges) publié le samedi 23 janvier 2021 à 15h05.

Voir ses publications Signaler

Les commentaires (1)

Vous devez être connecté
27 janv. 2021 19h32
Evelyne, de Esprels (70)

Impressionnant comme opération

Application Facebook

Grâce à l'application Facebook de Loomji, partagez les plus belles photos de votre commune avec vos amis sur Facebook. Voir l'application

Avec Loomji.fr, suivez le quotidien de votre commune

X Fermer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et optimiser l'affichage du site sur votre terminal.